5 équipements pour dynamiser une salle de classe

Les récentes études ont démontré que la salle de classe était un dispositif pédagogique à part entière. Loin d’être neutre, c’est un lieu vivant, un espace dont on peut travailler l’ergonomie pour rendre les transmissions plus efficaces et les élèves acteurs de leurs apprentissages.

La société ayant changé, la salle de classe traditionnelle doit être repensée pour être en phase avec elle. Quels équipements peuvent faire la différence pour dynamiser l’enseignement ? Sur quoi faut-il mettre l’accent pour une salle de classe moderne et évolutive ? Découvrez quelques pistes dans cet article.

1. Un écran numérique interactif

Nous vivons désormais dans un monde où le numérique est devenu omniprésent. Les enfants en âge scolaire sont des « digital natives », c’est-à-dire qu’ils sont nés et ont grandi à l’ère d’internet, des réseaux sociaux et des applications mobiles. L’écran est pour les élèves d’aujourd’hui une réalité incontournable. De plus en plus d’écoles l’ont compris et décidé de composer avec cette nouvelle tendance. Elles ont équipé leurs locaux de matériel numérique : les écrans interactifs révolutionnent la salle de classe.

En plus d’offrir un confort visuel supérieur à celui procuré par un tableau noir classique, l’écran numérique interactif (ENI) est un support ultra pratique. Plus qu’un simple écran, c’est un espace de travail intuitif et connecté, qui offre de nombreuses fonctionnalités que ne peut proposer un tableau en bois. L’écran interactif permet d’annoter, d’effectuer des recherches sur le web, de déplacer des fichiers, etc.

Il est aussi facile à utiliser qu’une tablette tactile et par son côté technologique, il attire plus aisément l’attention des jeunes, en particulier ceux qui ont des difficultés de concentration. S’il est sur pied, l’écran numérique devient mobile et ajustable en hauteur.

2. Un positionnement différent des tables

Dans une salle de classe traditionnelle, les tables sont orientées vers le tableau et donc vers l’enseignant. Cette disposition entraîne la passivité des élèves, freine les échanges, limite la dynamique de groupe et laisse de côté les derniers rangs. L’aménagement de l’espace est pourtant primordial pour augmenter l’engagement des élèves, préserver leur énergie et susciter une meilleure attention.

Dans une conception moderne de la pédagogie, on oublie les tables en rangs d’oignons et on privilégie une disposition en U, par exemple, qui favorise la communication et l’ouverture. Tout le monde voit tout le monde, ce qui participe à la construction de la cohésion de groupe. Pour renforcer cette cohésion, l’enseignant est invité à s’asseoir entre les élèves et non à son bureau, face à eux. Les élèves étant symboliquement à « égalité » avec le professeur, un échange plus vrai peut se produire. L’élève se sent impliqué.

On pourra ajouter dans la salle des fauteuils, des tables basses et des poufs pour le travail collaboratif en groupe, cela créera un espace plus adapté et confortable en classe.

3. Du mobilier modulaire

La modularité de l’espace est un aspect important de la classe moderne. Elle permet aux élèves de ne pas subir leur environnement, mais, au contraire, de s’approprier leur espace de travail et être ainsi plus actifs. Il est donc recommandé de s’équiper de mobilier modulaire, transportable et mobile, que les élèves peuvent déplacer pour l’adapter à leur activité : planches et tréteaux, par exemple, avec une taille et un poids adaptés aux jeunes.

Dans les petites sections (école maternelle et élémentaire), la liberté de déplacement des élèves dans la classe doit être garantie, de nombreuses recherches ayant montré que les enfants ont parfois besoin de bouger pour apprendre et mieux assimiler l’information.

Des espaces d’accrochages seront ménagés pour regrouper les productions des élèves et des ressources pédagogiques. Un kiosque de ressources documentaires (livres, magazines, journaux) sera mis à disposition. Un coin numérique est également recommandé, avec des stylos impression 3D et une imprimante laser couleur ou 3D.

4. Des plantes vertes

L’auteur Jorn Viumdal explique que les pièces « mortes », c’est-à-dire sans verdure, avec peu d’ouverture sur l’extérieur, et peu de matériaux naturels, sont génératrices de mal-être. Un tel environnement rend les enfants fatigués et agressifs.

Pour y remédier, il encourage à végétaliser les salles de classe à l’aide de plantes vertes. Dans les écoles avec lesquelles il a travaillé, les enseignants ont observé une baisse des épisodes de violence suite à l’introduction de verdure dans les classes, une ambiance plus calme, des élèves plus attentifs et moins d’absences pour maladie. L’absence de verdure à l’école est un non-sens à rectifier d’urgence si l’on veut des élèves capables de donner le meilleur d’eux-mêmes.

5. Des ampoules de lumière diurne

Dans le même ordre d’idées, Jorn Viumdal déplore le manque de lumière du soleil dans les salles de classe. D’après lui, la plupart des jeunes souffrent du syndrome de déficit de nature, ils ne sont pas suffisamment au contact de la nature. Ceci engendre des problèmes de santé et des troubles de l’apprentissage chez l’enfant.

Au contraire, l’exposition au soleil permettrait de soigner. C’est le principe de la luminothérapie. S’il n’est pas possible de faire entrer la lumière du jour à l’intérieur des classes, on peut y installer des ampoules de lumière diurne qui remédieront à ce manque.

 

Auteur de l’article : L'auteur

Enseignant-chercheur de formation, je m'intéresse aux écoles alternatives depuis 2012, année où j'ai dû réfléchir à la scolarisation de mon premier enfant et où il m'est apparu que je voulais pour lui une école différente, bienveillante. Depuis, je me passionne pour l'éducation alternative et la parentalité positive. J'aime faire découvrir des écoles innovantes. Je suis l'auteur du livre Guide et annuaire des écoles alternatives et différentes.