Où trouver une école du 3e type (Bernard Collot) en France ?

L’école du 3e type est une expression inventée par Bernard Collot, ancien instituteur dans une classe unique rurale à Moussac (Vienne), devenue une référence au sein du paysage éducatif. Concrètement, l’école du 3e type de Bernard Collot (en référence au film de Spielberg Rencontres du 3e type) est « une école sans horaires, sans emploi du temps, sans cours, sans programme, sans évaluations, sans sanctions, ouverte en permanence aux parents, à d’autres adultes pendant et hors du temps scolaire, y compris pendant les vacances ».

école du 3e type

Présentation de l’école du 3e type

Bernard Collot a classifié les différents types d’écoles en 3 groupes :
1– l’école du 1er type : c’est l’école que globalement nous avons tous connue, l’école classique. Celle où l’enseignant transmet des connaissances à l’enfant qui est passif. L’enseignant détient le pouvoir et l’autorité.
2– l’école du 2e type : dans ce type d’écoles, l’enfant est au cœur de ses apprentissages, il est actif. C’est dans cette catégorie qu’on peut classer les écoles pratiquant une pédagogie active et alternative (Montessori, Steiner-Waldorf, Reggio Emilia, Freinet, etc.). L’autonomie de l’élève y est encouragée. Cependant, l’adulte reste celui qui détient le pouvoir et l’autorité, même si le cadre est plus bienveillant pour l’enfant. Ce type d’école conserve un certain nombre de caractéristiques de l’école du 1er type (comme les programmes, les emplois du temps…), tout en en supprimant certaines (les notations et évaluations, par exemple).
3- l’école du 3e type : il s’agit d’un tout autre paradigme éducatif. L’école devient un système vivant, auto-organisé, évoluant en permanence. Le pouvoir est partagé entre enfants et adultes, et les apprentissages sont généralement informels et autonomes. On peut dire que les écoles démocratiques Sudbury et les écoles Agile Learning Center sont également des écoles du 3e type dans leur fondement, même si elles diffèrent quelque peu de l’école de Bernard Collot dans leurs origines et leur fonctionnement.

L’école du 3e type n’est pas une autre pédagogie, c’est une autre conception de l’école. Les apprentissages se font à partir des projets individuels ou collectifs des enfants, quels que soient ces projets, car la contrainte et la coercition sont considérées comme contre-productives. L’enfant, en interaction avec son environnement, en interrelation avec les autres enfants et adultes, est la source de ses apprentissages. L’école du 3e type est un espace de vie à disposition des enfants. Toute la philosophie de l’école du 3e type repose sur le principe selon lequel apprendre est une capacité naturelle, à condition que l’enseignant ne l’empêche pas. La posture de l’adulte n’est plus celle de celui qui dirige ou impose mais celle de celui qui aide, qui permet. C’est davantage un facilitateur d’apprentissage qu’un professeur au sens traditionnel du terme. Concrètement, les écoles du 3e type ont des caractéristiques communes : le multi-âge (classe unique), la démocratie (autogestion par les élèves), la coopération…
Historiquement, l’école du 3e type a découlé de la pédagogie Freinet au sein de l’école publique, et les écoles du 3e type actuelles continuent de se réclamer de cette pédagogie Freinet et des méthodes naturelles. Certaines écoles du 3e type sont cependant privées hors contrat.

Voici une interview vidéo de Bernard Collot qui explique le concept d’école du 3e type :

L’école du 3e type en France : où les trouver ?

Voici la carte interactive du réseau français d’écoles du 3e type en France.

Les enseignants « 3e type » et les écoles du 3e type y sont répertoriés : classes au sein d’une école, écoles, privées, publiques…

 

Photo : Une école du 3ème type en images

 

Partager l'article :

Auteur de l’article : admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *