Pédagogie Montessori et pédagogie classique : les différences

Depuis quelques années, la pédagogie Montessori a le vent en poupe. Les écoles Montessori se multiplient et le matériel issu de cette pédagogie se démocratise au sein des familles. Face à cet engouement, de plus en plus de parents s’intéressent à cette pédagogie. Afin de vous aider à mieux vous y retrouver, je vous explique dans cet article ce qui distingue une école Montessori d’une école traditionnelle.

1. Pédagogie Montessori : un environnement préparé

La caractéristique qui nous frappe d’emblée lorsqu’on pénètre dans une école Montessori, c’est l’aménagement des salles de classe. Appelées ambiances, elles-ci sont belles, ordonnées, avenantes. Contrairement aux écoles classiques qui utilisent beaucoup de manuels et d’ouvrages, les écoles Montessori ont recours à un large choix de matériel, qualitatif et sensoriel, qui a été conçu pour stimuler la concentration, la curiosité et le développement de l’enfant.

Chaque ambiance comporte des espaces prédéfinis, dédiés à un domaine : le langage, les mathématiques, la vie pratique, le sensoriel… C’est ce qu’entendait Maria Montessori par environnement préparé. Selon la pédagogue, il est plus facile d’agir sur l’environnement que sur l’enfant.

Enfin, une ambiance Montessori est une invitation à l’autonomie : l’enfant est encouragé à faire seul. Le matériel, rangé sur des étagères, est facilement accessible. Pour mieux comprendre ce qu’est une ambiance Montessori et comment appliquer la méthode Montessori à la maison, je vous invite à consulter l’excellent site Bonheurmontessori.com, une référence en matière de pédagogie positive, de parentalité bienveillante et de formation Montessori en ligne.

2. Une pédagogie active

Dans une salle de classe traditionnelle, les élèves sont assis à un bureau de manière statique, devant un tableau et des livres. L’apprentissage repose en grande partie sur la mémorisation, des cours donnés de façon magistrale, des contrôles et des évaluations. Au contraire, la méthode Montessori insiste sur l’expérimentation, la recherche, l’investigation et le tâtonnement.

L’enfant est actif dans ses apprentissages : au lieu de recevoir l’information passivement de la part d’un professeur, l’élève la découvre et l’acquiert par lui-même. L’enfant manipule beaucoup et se contrôle lui-même grâce à un matériel adapté. Les élèves peuvent se déplacer dans la classe, et il n’est pas rare qu’ils travaillent par terre, sur un tapis. Dans une école Montessori, ce n’est pas l’enseignant qui décide des sujets et des tâches à réaliser. Les enfants ont le libre choix de leur activité, poussés par leurs élans, leurs besoins et leurs périodes sensibles. Ainsi, l’éducateur Montessori joue le rôle d’un guide soutenant et non-jugeant.

pédagogie montessori

3. Apprendre à son rythme

Les écoles classiques mettent l’accent sur des deadlines et un programme à tenir (par trimestre, par année, par cycle…). Les établissements Montessori permettent à l’enfant d’avancer à son propre rythme. Ainsi, il peut répéter plusieurs fois la même activité aussi longtemps qu’il le souhaite et en a besoin, sans limite de temps (les interruptions sont à éviter).

L’objectif n’est pas de terminer un programme dans un temps imparti, mais de développer le goût d’apprendre pour toute la vie. Au contraire, dans une école classique, les élèves doivent faire leurs acquisitions selon le même rythme, par exemple, savoir lire à 6 ans, connaître les divisions en CM1, etc. S’ils n’y arrivent pas, ils sont considérés en retard ou en échec scolaire.

4. Pédagogie Montessori : le multi-âge

Une ambiance Montessori mélange plusieurs âges. On distingue les niveaux 2-3 ans, 3-6 ans et 6-12 ans. Les classes type CP, CE1, CE2, etc. n’existent pas. Le multi-âge encourage l’entraide, l’empathie et la coopération entre les élèves plutôt que la compétition. Les grands aident les petits. Les plus jeunes sont stimulés par les enfants plus âgés qu’ils voient comme des modèles. Cela favorise une atmosphère d’émulation, de solidarité et de respect.

5. Estime de soi et droit à l’erreur

L’approche Montessori considère l’erreur comme partie intégrante de l’apprentissage. L’erreur n’est pas vue de manière négative, mais représente une opportunité pour progresser et apprendre. La note et l’évaluation qu’on retrouve dans les établissements scolaires traditionnels, sources de souffrance pour beaucoup d’écoliers, n’existent pas : l’enfant s’auto-évalue et s’autocorrige. Il n’est pas jugé selon une note, mais est encouragé et accepté dans ses erreurs.

Ainsi, l’estime de soi de l’enfant ne repose pas sur une validation extérieure de l’enseignant, mais vient de sa fierté à avoir réussi à faire seul et à atteindre les objectifs fixés. C’est pourquoi l’autonomie a tant d’importance dans cette pédagogie. Elle donne confiance en soi, ce qui permettra à l’enfant de se sentir capable de faire face aux challenges de sa vie. Une compétence indispensable pour s’adapter aux défis de demain !

 

Auteur de l’article : L'auteur

Enseignant-chercheur de formation, je m'intéresse aux écoles alternatives depuis 2012, année où j'ai dû réfléchir à la scolarisation de mon premier enfant et où il m'est apparu que je voulais pour lui une école différente, bienveillante. Depuis, je me passionne pour l'éducation alternative et la parentalité positive. J'aime faire découvrir des écoles innovantes. Je suis l'auteur du livre Guide et annuaire des écoles alternatives et différentes.