Pédagogie par le jeu : quels jeux pour enseigner à l’école primaire ?

Les recherches en neurosciences et en psychologie ont démontré que le jeu était le mode de développement le plus performant pour l’enfant, que ce soit sur le plan intellectuel, physique, affectif ou social. De plus, jouer est pour l’enfant une source d’apprentissages infinie, qui lui permet d’acquérir connaissances et compétences. Le jeu a donc totalement sa place à l’école, ainsi que dans le cadre de l’instruction en famille. Partant de ce constat, la pédagogie par le jeu s’est considérablement développée au cours des dernières années. Les professeurs du primaire sont de plus en plus nombreux à utiliser le jeu comme méthode d’enseignement auprès de leurs élèves. Mais quels jeux peut-on utiliser pour accompagner les enfants dans les apprentissages scolaires ? Et comment ?

Quels jeux utiliser en classe de CE2, CM1 et CM2 ?

Bien que jouer soit toujours bénéfique, certains jeux sont plus adaptés que d’autres à l’école primaire. Pour les connaître, il faut regarder du côté des enseignants spécialistes de la pédagogie par le jeu, comme Amandine du site Profissime. Cette professeure des écoles propose sur son blog des activités et des jeux pédagogiques permettant de développer des compétences et d’investir des connaissances dans des matières aussi variées que le français, les maths, les sciences, les arts plastiques, etc.

Une de ses activités phares est l’escape game. Découvrez par exemple l’escape game de Noël proposé par Profissime pour terminer la période de manière ludique. Cet escape game est adapté pour les élèves de CE2, CM1 et CM2. Grâce à cette activité, les enfants vont faire travailler leur raisonnement à travers des épreuves comme des sudokus, Mastermind, des phrases codées… Cela permet de développer des compétences transversales tout en s’amusant : concentration, observation, mémorisation, logique, stratégie, etc.

jeux à l'école

Depuis 2011, les instructions officielles de l’Éducation Nationale préconisent aux enseignants de recourir à des jeux traditionnels comme les échecs, les dominos, les jeux à règles (jeux de cartes, de société) et les jeux de construction (LEGO, Kapla, Mecano, etc.). En effet, ce type de jeux favorise l’attention de l’élève, encourage l’autonomie et l’initiative et fait travailler les fonctions exécutives de l’enfant, si indispensables pour entrer dans les apprentissages, comme l’explique la pédagogue Céline Alvarez dans son livre « Les lois naturelles de l’enfant ».

Certains professeurs des écoles vont jusqu’à détourner des jeux de plateau classiques comme le Cluedo, le Trivial Pursuit, Labyrinthe, Hôtel… en les adaptant pour étudier des notions du programme. Ils créent ainsi du matériel pédagogique inédit. Voici des exemples de jeux utilisables en classe (la liste n’étant pas exhaustive) :
– pour travailler les compétences transversales : Bazar bizarre, Jungle speed, Le Verger…
– pour les mathématiques : Abalone, Blokus, Doigts malins, Gagne ton papa, Quarto, Tangram…
– pour le français : Scrabble, Time’s Up family, Tic tac boum junior, Unanimo…

Comment mettre en place des ateliers ludiques en classe ?

La clé de la réussite de la pédagogie par le jeu est la régularité. Il est conseillé d’instaurer des séances de jeux régulières, d’une durée de 45 minutes. La classe sera divisée en petits groupes. Au début de chaque séance, l’enseignant présente les jeux et le cadre de l’action. Il explique les règles à chaque groupe, assiste au début de la partie pour s’assurer de la bonne compréhension de tous les participants, puis navigue de groupe en groupe jusqu’à leur complète autonomie.

Jouer n’est pas une perte de temps

De nombreux professeurs des écoles hésitent ou sont réticents à faire jouer leurs élèves en classe, en dehors de la cour de récréation. Ils craignent de prendre du retard sur le programme scolaire ou tout simplement de perdre du temps pour une activité qui ne serait que récréative et n’apporterait rien sur le plan pédagogique. Ces croyances sont erronées et reposent sur des peurs infondées. Contrairement aux apparences, loin d’être un frein pour les acquisitions, le jeu permet d’entrer plus facilement et naturellement dans les apprentissages.

D’après les neuro-scientifiques, jouer rend le cerveau plus malléable et donc plus ouvert aux apprentissages. Grâce au jeu, l’enfant gagne confiance en lui, une qualité primordiale pour apprendre et acquérir des compétences. En effet, dans le jeu, l’élève n’est pas évalué, il n’est pas bridé, il a le droit à l’erreur. De plus, organiser des jeux collectifs en classe consolide la cohésion du groupe, en particulier si le jeu utilisé est un jeu coopératif. Cela permet d’obtenir un climat de classe plus serein. Le jeu favorise également la créativité de l’enfant, ce qui l’aidera à trouver des solutions pour résoudre les problèmes qu’il rencontrera.

Pourquoi la pédagogie par le jeu est-elle si efficace ?

Il a été prouvé que le cerveau de l’enfant est calibré dès la naissance pour apprendre par le jeu, et cela est également vrai pour les jeunes animaux. Le jeu est l’activité principale du nourrisson, du bébé et de l’enfant en bas âge. C’est son mode d’éveil privilégié et son vecteur d’apprentissage quasi exclusif. C’est en jouant qu’il va appréhender le monde, le comprendre, et trouver sa place au sein du groupe.

C’est par les jeux d’imitation et les jeux symboliques notamment qu’il va imiter ses proches et apprendre à vivre. Malheureusement, la plupart des adultes ont tendance à minimiser les vertus du jeu par ignorance et méconnaissance du fonctionnement du cerveau de l’enfant et de sa façon d’apprendre. Après l’école maternelle, la part du jeu dans l’emploi du temps de l’enfant est ainsi réduite à la portion congrue. Les méthodes d’enseignement classiques reposent sur une séparation et une opposition nette entre apprendre et jouer, avec que pour l’enfant, les deux sont liés et ne sont pas incompatibles.

pédagogie jeu

D’où des apprentissages scolaires plus laborieux, pénibles à acquérir ou à consolider, faute d’enthousiasme et de plaisir chez l’élève. Certains enfants parviennent à s’adapter au système, mais beaucoup rencontrent des difficultés d’apprentissage pouvant aller jusqu’au rejet de l’école (phobie scolaire, décrochage…). Les enseignants qui pratiquent la pédagogie par le jeu font état d’une plus grande motivation de leurs élèves. Ce n’est guère étonnant, car le jeu revêt pour tout enfant un caractère plaisant.

Les apprentissages ne se font plus dans un esprit de contrainte qui est contre-productif, mais avec envie. Contrairement aux devoirs ou aux leçons à apprendre, les jeux permettent d’apprendre, de réviser et de mémoriser des notions en douceur, sans forcer. D’où son efficacité sur les enfants du primaire. Surtout, la pédagogie par le jeu permet de préserver la curiosité et le désir d’apprendre chez l’enfant, là où les pédagogies traditionnelles ont tendance à le dégoûter des apprentissages.

 

Partager l'article :

Auteur de l’article : L'auteur

Enseignant-chercheur de formation, je m'intéresse aux écoles alternatives depuis 2012, année où j'ai dû réfléchir à la scolarisation de mon premier enfant et où il m'est apparu que je voulais pour lui une école différente, bienveillante. Depuis, je me passionne pour l'éducation alternative et la parentalité positive. J'aime faire découvrir des écoles innovantes. Je suis l'auteur du livre Guide et annuaire des écoles alternatives et différentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *