Pikler Loczy : une pédagogie active pour l’autonomie des bébés

La pédagogie Montessori, qui s’intéresse au développement des enfants à partir de 2 ans, s’est largement démocratisée. Moins célèbre est l’approche Pikler Loczy, axée sur les bébés et les nourrissons qui fréquentent la crèche. Cette pédagogie nouvelle gagne pourtant à être connue. C’est en 1946 qu’Emmi Pikler, pédiatre, ouvre à la demande du gouvernement hongrois une pouponnière pour les enfants orphelins. C’est ainsi que l’institut Loczy s’installe à Budapest. Dans cette structure, Pikler et son équipe mettent en place des conditions d’accueil innovantes pour les tout-petits. La méthode Pikler Loczy est basée sur le respect de l’enfant, la confiance dans ses compétences innées, et vise à l’accompagner vers l’autonomie. Depuis, les travaux de Pikler ont changé le regard des professionnels sur la petite enfance.

Un projet d’accompagnement global

Accueillir un bébé dans une crèche Pikler, c’est avoir un projet d’accompagnement respectueux, sécurisant et favorisant son développement harmonieux. Pour cela, les professionnels formés à l’approche Pikler partent du principe que l’enfant est naturellement compétent et n’a pas besoin de l’interventionnisme de l’adulte pour ses acquisitions. Les piliers de cette pédagogie sont donc la motricité libre et l’activité autonome, qui permettent au tout-petit de se construire à son rythme, s’il est soutenu par une personne de référence qui porte sur lui un regard confiant. La qualité de la relation avec cette personne de référence est un point-clé de la méthode Pikler Loczy.

pikler
Crédit photo : Modern Imagination Co via Etsy

Le triangle de Pikler : autonomie et motricité libre

Tout comme la pédagogie Montessori, la pédagogie Pikler fait appel à un matériel spécifique dont le plus emblématique est le triangle de Pikler. Cet outil d’apprentissage incarne la philosophie d’Emmi Pikler. La pédiatre hongroise a en effet observé que les enfants apprennent et se développent mieux en expérimentant et en surmontant les obstacles de façon autonome, sans supervision de l’adulte. Elle a noté que les enfants des classes populaires que les parents laissaient jouer seuls dans la rue étaient bien plus compétents sur le plan de la motricité que ceux issus des familles aisées que leurs parents empêchaient de tomber et protégeaient des risques. D’où le concept de motricité libre. Avec le triangle de Pikler, le petit enfant explore, teste, prend des risques, dépasse ses limites, en étant encouragé par l’idée qu’on croit en lui. C’est un objet modulable qui offre un large éventail d’utilisations, libérant la créativité de l’enfant : tunnel, maison, mur d’escalade, barre de gym, échelle, etc. En jouant avec le triangle de Pikler, les enfants en bas âge travaillent leur coordination, renforcent leurs muscles, améliorent leur équilibre, développent leur concentration, maîtrisent leur corps… et construisent leur confiance en soi.

D’une manière générale, les professionnels Pikler favorisent l‘activité auto-induite spontanée du tout-petit. L’enfant est libre de ses mouvements. Pour un bébé, la motricité libre consistera à être allongé sur le dos sur un tapis ferme et confortable. Cette position lui permet de mouvoir son corps à son aise, sans entraves ni tensions. En cas de difficulté, l’adulte n’interviendra que si nécessaire, en en faisant le minimum. L’enfant est ainsi acteur de ses apprentissages et ne dépend pas d’une intervention externe.

L’espace dans lequel l’enfant évolue a également son importance. Celui-ci doit être clair et ordonné. On met à sa disposition ce dont il a besoin, sans le sur-stimuler. L’enfant aura à sa portée des objets, des jouets et du matériel de qualité, choisi avec soin, qu’il pourra utiliser à sa guise. Le triangle de Pikler fait évidemment partie du matériel incontournable à posséder. Des activités Montessori sont parfois proposées dans les crèches s’inspirant de cette méthode éducative.

pikler
Crédit photo : Pixabay

Personne de référence et qualité relationnelle

Dans une structure d’accueil Pikler, une relation de confiance est primordiale entre l’adulte et l’enfant. Les soins (repas, toilette, change, sieste…) permettent au tout-petit de connaître la ou les personnes de référence et de construire une véritable relation affective avec elle(s). Cet attachement est essentiel pour que l’enfant développe une sécurité affective qui l’aidera à devenir autonome.

Les temps de soin jouent donc un rôle majeur dans la pédagogie Pikler Loczy. C’est dans ces moments de soins que le bébé prend conscience de lui et de son corps. Ces temps doivent donc être de qualité et respectueux de son bien-être. L’enfant est traité avec douceur et bienveillance. On lui parle, on le nomme, on capte son regard, on ne le brusque pas et on l’informe de ce qu’on va faire. Les soins sont réalisés avec régularité, sans hâte et sans interruption. Ces routines donnent des repères aux nourrissons et le sécurisent.

Aujourd’hui, l’institut de la rue Loczy a pris de l’ampleur et la pédagogie Pikler est mondialement reconnue. De plus en plus de crèches, de garderies et de structures d’accueil s’inspirent de cette approche alternative dont la pertinence est toujours d’actualité.

 

Auteur de l’article : L'auteur

Enseignant-chercheur de formation, je m'intéresse aux écoles alternatives depuis 2012, année où j'ai dû réfléchir à la scolarisation de mon premier enfant et où il m'est apparu que je voulais pour lui une école différente, bienveillante. Depuis, je me passionne pour l'éducation alternative et la parentalité positive. J'aime faire découvrir des écoles innovantes. Je suis l'auteur du livre Guide et annuaire des écoles alternatives et différentes.